Comment ne pas me connaître a nuit à ma vie personnelle et professionnelle

Lorsque je travaillais de 9h à 17h dans un bureau, j’étais malheureuse. J’avais l’impression de commencer à vivre lorsque je poussais la porte du travail. Pourtant j’aimais ce que je faisais et j’étais dans une situation plutôt confortable. Alors quel était le problème?

Même si nous sommes tous différents, nous allons souvent observer des traits de caractères communs chez les personnes qui nous entourent.  Selon le système DISC, qui est un outil d’évaluation personnel pour améliorer la productivité, le travail d’équipe et la communication, il existe 4 types de profils :

  • Les observateurs (bleu)
  • Les décideurs (rouge)
  • Les amicaux (vert)
  • Les enthousiastes (jaune)

disc.png

Source : Test Disc Essentiel

Les gens qui me connaissent savent que je suis plutôt jaune-vert (et mon conjoint bleu-rouge ce qui amène de belles batailles à la maison!). Alors pourquoi connaître sa personnalité est important?

Tout simplement car cela peut aider à avoir une meilleure idée d’un environnement plus adapté pour son développement personnel et professionnel. Je m’explique : le travail que j’effectuais était intéressant mais le problème était l’environnement. J’avais l’impression de ne pas pouvoir exprimer mon énergie, d’avoir à réguler mes émotions pour paraître professionnelle et je n’étais pas convaincue de mon utilité et la valeur ajoutée de mon travail. Et tout cela, a eu un impact sur ma confiance en moi.

Fait intéressant, des éléments extérieurs tels que les voyages et l’expatriation chamboulent notre personnalité. En effet, tu ne t’es jamais senti perdu quand tu partais étudier ou visiter un pays pendant plusieurs mois? Au début, c’est la période de lune de miel : tout est beau, nouveau, on est excité de découvrir de nouvelles choses. Puis, le quotidien reprend le dessus, et des tâches basiques comme aller faire l’épicerie deviennent un vrai parcours du combattant. Je me souviens lorsque je suis partie étudier en Angleterre, avec mon accent « so frenchy », être frustrée car je n’arrivais pas à exprimer mes idées en classe, être anxieuse car je ne comprenais pas la personne au téléphone ou encore ne pas savoir quoi faire la première fois que je suis tombée malade. Cela a affecté ma confiance en moi : j’ai douté, essayé à tout prix de m’adapter et m’intégrer, quitte à m’oublier moi-même (et devenir en 3 ans une vrai anglaise!). Alors au lieu de chercher absolument l’intégration, qui est un processus drainant mentalement (pfiou!), j’aurais plutôt dû avoir comme vision l’inclusion, qui est une action permettant d’inclure un élément dans un ensemble. En quelques mots, l’effort se fait des 2 côtés (société d’accueil et nouvel arrivant) et permet surtout de garder sa propre identité et, malgré les changements, rester authentique.

C’est pourquoi les expériences de voyages et d’expatriation sont tellement différentes pour chaque personne. Ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup de français au Québec que c’est forcément un Eldorado pour tous (même si certains on le #PlateauFever – inside joke pour ceux vivant au Québec). Et c’est pourquoi plusieurs retournent dans leur pays d’origine. Et c’est correct.

Finalement, en me connaissant mieux, j’ai pu réaliser que le travail de bureau n’était pas fait pour moi (j’ai besoin d’être en relation direct avec les gens, les aider à réaliser leurs objectifs, tester de nouvelles choses et exprimer ma créativité). Alors, peut-être que connaître sa personnalité permettrait de mieux déceler quel type d’environnement serait plus propice à notre épanouissement.

Et toi, connais-tu ton type de personnalité?

Leslie M

3 réflexions au sujet de “Comment ne pas me connaître a nuit à ma vie personnelle et professionnelle”

  1. Je suis définitivement rouge- bleu! Et je partagerais que j’ai fait le teste Jung and Briggs Myers et ça confirme le tout. Je suis ENTJ, type ‘ bossy’. Eh ouais. J’ai compris pourquoi quelques personnes m’aiment pas (lol) MAIS le plus important, j’ai appris plus sur moi-même et comment m’adresser aux gens qui m’entourent. Ça aide aussi pour trouver un boulot ou son domain d’études! Très bel article Leslie! !!

    J'aime

    1. Tu as bien raison Rose! C’est vrai que lorsque je travaillais avec des personnes opposées à moi, j’essayais de légèrement m’adapter pour éviter des « clashs » ou des incompréhensions. Exemple, quand je présentais un rapport, j’allais directement aux faits si c’était un bleu vs je socialisais plus si c’était une personne de type jaune, si c’était un rouge je le consultais pour la prise de décision.. La clé selon moi est de s’adapter légèrement tout en restant authentique. Merci pour ton avis très pertinent Rose!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s